Raideurs du coude

Pourquoi, Quand et Comment opérer un coude raide (Arthrolyse) ?

Pourquoi opérer une raideur du coude ?

Il s’agit d’une intervention dénommée Arthrolyse du coude.
L’objectif de l’arthrolyse est de libérer le coude de ses adhérences et rétraction des parties molles pour augmenter les amplitudes articulaires du coude, et d’enlever les butoirs osseux et corps étrangers pour supprimer les blocages et craquements du coude.
L’arthrolyse du coude permet aussi de prévenir la dégradation future de ses cartilages, pour éviter à terme une évolution vers l’arthrose du coude, qui peut entrainer elle même des douleurs avec raideur et blocage du coude.

Quand opérer une raideur du coude ?

L’arthrolyse pour raideur du coude est proposée le plus souvent en cas de non récupération de la fonction du coude malgré les efforts de rééducation et l’utilisation infructueuse d’attelles ou orthèses du coude.
La douleur, les blocages et la raideur du coude rendent difficile son utilisation dans la vie quotidienne, empêchant dans certains cas de reprendre ses activités professionnelles ou d’effectuer ses activités sportives, de bricolage ou de jardinage.

Plusieurs facteurs sont à prendre en considération :

  • Le degré de gêne du patient : importance de la perte des mobilités du coude et importance de la douleur.
  • L’atteinte des cartilages articulaires
  • La présence de corps étrangers ou de fragments d’os dans l’articulation ainsi que la présence de butoirs osseux rendant impossible tout progrès malgré les efforts de kinésithérapie.

Quel bilan réaliser avant une opération pour raideur du coude ?

Afin de bien planifier une intervention chirurgicale votre chirurgien aura besoin après avoir examiné le coude d’un bilan d’imagerie complémentaire

Les radiographies du coude

Un bilan récent par radiographies simples du coude de face et de profil est indispensable pour analyser la forme et l’axe des os du coude
Elles permettent de voir les déformations osseuses, de localiser certains corps étrangers et d’analyser le matériel d’ostéosynthèse présent (plaques, vis, broches, prothèse) du fait d’interventions précédentes.

Le scanner et l’arthro-scanner du coude

L’arthro scanner (une injection d’iode suivie de la réalisation du scanner) est le meilleur examen pour analyser une raideur du coude.
En effet, grâce à l’injection sous anesthésie locale d’iode dans l’articulation du coude, on arrive à bien visualiser le cartilage et ses atteintes (arthrose, perte de substance ostéo-cartilagineuse) et à bien mouler les corps étrangers pour apprécier leur nombre, taille et localisation afin d’en faciliter l’extraction.
Grâce à des images de reconstruction en 3D on pourra également bien analyser l’importance des déformations osseuses.

L’IRM ou échographie du coude

Leur contribution dans le bilan d’une raideur du coude est limitée et n’est pas utile à la prise de décision ou à la planification chirurgicale d’arthrolyse, car ces examens ont une moins bonne définition osseuse que le scanner.

Comment opérer une raideur du coude ? Qu’est ce qu’une Arthrolyse du coude ?

Définition d’une arthrolyse du coude

Une arthrolyse du coude se définit par l’ensemble des gestes chirurgicaux nécessaires à la libération de la mobilité du coude et à la suppression des blocages et craquements du coude.

Elle se compose de plusieurs actes techniques chirurgicaux minutieux :

  • Une section (capsulotomie) ou résection (capsulectomie) de la capsule articulaire qui s’est rigidifiée
  • Un allongement des ligaments, tendons et muscles rétractés avec décollement de leurs adhérences aux os et articulations
  • Une extraction des corps étrangers
  • Une résection des butoirs osseux comprenant parfois un segment d’os comme la résection de la tête radiale
  • Une ablation de matériel d’ostéosynthèse métallique gênant

Arthrolyse sous arthroscopie ou arthrolyse à ciel ouvert ?

Selon le type d’atteinte du coude, et selon ses habitudes et son expérience, le chirurgien peut prendre en charge chirurgicalement la raideur du coude en effectuant une arthrolyse soit par une technique mini invasive par arthroscopie soit par une technique plus classique à ciel ouvert.

Arthrolyse sous arthroscopie du coude :

Elle se pratique le plus souvent dans des centres où exercent des chirurgiens spécialisés dans la chirurgie du coude
L’arthrolyse du coude va être réalisée sous contrôle direct d’une caméra introduite dans l’articulation par de petites incisions autour du coude
L’arthroscopie du coude est utilisée en première intention autant que possible

Sa réalisation est plus technique et plus exigeante qu’une chirurgie conventionnelle, obligeant le chirurgien à une parfaite connaissance de l’anatomie du coude et notamment la connaissance du trajet des nombreuses structures neurologiques et vasculaires passant par le coude afin d’éviter de les abîmer durant le geste d’arthrolyse.

Néanmoins l’arthrolyse du coude sous arthroscopie offre aux patients plusieurs avantages :

  • Elle préserve la stabilité du coude car aucun décollement ligamentaire n’est nécessaire pour accéder aux os et à l’articulation
  • Elle évite l’apparition de nouvelles adhérences et minimise les risques d’hématome post opératoire en évitant le décollements des muscles et tendons.
  • Elle permet une récupération plus rapide du coude car elle est moins pourvoyeuse de douleurs post opératoires autorisant donc une reprise dès le lendemain de la rééducation chez le kinésithérapeute.
  • Elle comporte un risque infectieux inférieur de part son caractère mini invasif avec des incisions inférieures à 1 cm et un lavage permanent sous arthroscopie.

Arthrolyse conventionnelle à ciel ouvert du coude

Elle est utilisée lorsqu’une arthrolyse sous arthroscopie n’est pas techniquement réalisable ou comporte trop de risques.

Les cas suivants requièrent une arthrolyse à ciel ouvert :

  • Nécessité de l’ablation de matériel d’ostéosynthèse extensif obligeant à réouvrir les cicatrices préexistantes
  • Existence de multiples interventions précédentes rendant la localisation précise des structures nerveuses difficiles
  • Déformation osseuses et articulaires trop importantes rendant impossible l’introduction de la caméra dans l’articulation
  • Butoirs osseux localisés en dehors de l’articulation obligeant donc le chirurgien à ouvrir le coude en dehors de l’articulation

Suivi et Rééducation post opératoire suite à une arthrolyse du coude :

Afin de préserver les gains d’amplitudes obtenus après l’arthrolyse du coude il est impératif de proposer au patient un Programme post opératoire précis de Rééducation immédiate combiné selon les besoins à un programme de port d’orthèses articulées.

Cette rééducation peut être effectuée en centre de convalescence spécialisé ou en cabinet de rééducation de ville proche du domicile du patient

Ce programme de rééducation sera suivi régulièrement par le chirurgien avec de nombreuses visites de contrôle post opératoires afin d’adapter au plus juste le protocole de rééducation et expliquer au patient les exercices d’auto-rééducation à pratiquer quotidiennement à domicile.