Raideurs du coude

Définition d’une raideur du coude 

La raideur du coude est une limitation de la fonction du coude qui se manifeste par une diminution de la mobilité du coude en flexion et/ou en extension ainsi qu’une limitation des mobilités du poignet en pronation et/ou supination (mouvements rotatifs de la main).
Ces raideurs du coude peuvent occasionner un véritable handicap dans la vie professionnelle et de loisirs des patients, car en plus de la limitation de la mobilité, elles entraînent souvent des douleurs importantes du coude avec des sensations de craquement et de blocage du coude.

Pourquoi le coude devient il raide ?

Causes des raideurs du coude

Les raideurs ou blocages du coude sont dus le plus souvent aux séquelles des traumatismes du coude, tels que la luxation (déboîtement) du coude, les entorses ou étirement des ligaments du coude (ligaments externes et ligaments interne du coude), ainsi qu’aux fractures du coude (fracture de la tête radiale, fracture de l’olécrane et du cubitus, fracture de l’humérus).
Ces raideurs et blocages du coude peuvent survenir également spontanément dans les suites de maladies rhumatismales, telle que l’ ostéochondromatose, qui se manifeste par des dépôts de corps étrangers (les ostéochondromes) à l’intérieur de l’articulation du coude contribuant aux blocages et craquements.
L’arthrose du coude est également une cause fréquente de raideur, douleur et blocage du coude, car elle occasionne une usure du cartilage et produit des excroissances osseuses (ostéophytes) qui bloquent la fonction du coude.
Enfin, les raideurs du coude peuvent aussi compliquer les suites de certaines interventions chirurgicales complexes sur le coude ou parfois certaines situations nécessitant une immobilisation prolongée du coude.

Mécanismes des raideurs du coude

Les raideurs ou blocages du coude surviennent d’une part, suite à l’atteinte et rétraction des parties molles du coude (qui deviennent rigides), et d’autre part, suite à l’atteinte des os et de l’articulation du coude qui se déforment.

Rétraction et raideur des parties molles du coude

Les parties molles du coude sont composées par, les ligaments externe et interne du coude qui ont un rôle de stabilisation, la capsule articulaire, qui est une enveloppe souple qui entoure l’articulation et qui la délimite, ainsi que par les muscles et tendons du coude dont les plus importants sont le biceps qui fléchi le coude et le triceps qui étend le coude.
Ces structures ligamentaires, tendineuses et capsulaires, sont abîmées lors du traumatisme initial du coude (étirement lors des entorses, arrachement ou rupture lors des luxations ou fracture/luxation du coude) et cicatrisent par la suite avec une perte de leur élasticité et de leur longueur originelle devenant rigides.
Les tendons, ligaments et muscles du coude peuvent également se coller aux os du coude (le radius, le cubitus et l’humérus), on parle alors d’adhérences, provoquant également une diminution de la mobilité et des mouvements du coude.

Atteinte des os et de l’articulation du coude

Suites aux traumatismes occasionnant des fractures et/ou luxations du coude, des déformations osseuses du radius, cubitus et humérus, peuvent survenir suite à une mauvaise consolidation osseuse, occasionnant des blocages du coude à cause de ces butoirs osseux. Il peut y avoir également des morceaux d’os provenant des fractures qui se déplacent et qui viennent se coincer dans l’articulation contribuant aux blocages et à abîmer le cartilage du coude.

Comment traiter les raideurs du coude 

Traitement médical d’une raideur du coude

Celui-ci consiste en une prise en charge chez le kinésithérapeute avec un programme de rééducation très précis fourni par le chirurgien et adapté à chaque cas de raideur du coude.
Il est composé de différents exercices précis dont le but est d’assouplir les structures ligamentaires, capsulaires, tendineuses ou musculaires rétractées.

Cette réhabilitation de la fonction du coude est à base d’étirements manuels doux, de levées de tension et d’étirement de posture, de massage et de décollement des cicatrices avec levées des adhérences utilisant différentes techniques manuelles ou appareillages.

Des techniques plus complexes tel que le Kabat peuvent être utilisées par votre rééducateur. Ce programme de rééducation peut être associé à un programme de mise en place d’attelles ou orthèses articulées pour aider le kinésithérapeute et le patient à conserver les gains d’amplitude du coude obtenus après les séances.

Toutefois, ce programme de rééducation peut être entravé par des butoirs osseux liés aux déformations osseuses, empêchant les mouvements d’assouplissement du coude, ou par des corps étrangers intra-articulaires entraînant des blocages rendant impossible le bon déroulement de la rééducation.

Au terme de ce protocole de rééducation, s’il n’y a pas de progrès dans le gain des mobilités du coude, votre médecin vous orientera vers un chirurgien du coude pour discuter d’une prise en charge chirurgicale de la raideur et blocage du coude.

Intervention chirurgicale pour la raideur du coude